À Charles Spon, le 1er décembre 1654
Note [24]

« et croyez qu’un oracle vous parle quand je vous dis cela » ; emprunt à Pline (Histoire naturelle, livre xxix, chapitre vii ; Littré Pli, volume 2, page 299) citant une diatribe de Caton l’Ancien (v. note [5] de Guy Patin contre les consultations charitables de Théophraste Renaudot), où il ne visait pas les libraires, mais les Grecs et leurs médecins :

“ Dicam de istis Græcis suo loco, Marce fili : quid Athenis exquisitum habeam, et quod bonum sit illorum litteras inspicere, non perdiscere, vincam. Nequissimum et indocile genus illorum ; et hoc puta vatem dixisse : Quandocumque ista gens suas litteras dabit, omnia conrumpet : tum etiam magis, si medicos suos huc mittet. Jurarunt inter se barbaros necare omnes medicina. Et hoc ipsum mercede faciunt, ut fides iis sit, et facile disperdant. Nos quoque dictitant barbaros, et spurcius nos quam alios Opicos appellatione foedant. Interdixi tibi de medicis. ”

« Je vous parlerai de ces Grecs, mon fils Marcus, en temps et lieu. Je vous marquerai ce que je trouve d’excellent à Athènes et je démontrerai qu’il est bon de prendre une teinture de leurs lettres, mais non de les approfondir. C’est une race perverse et indocile. Croyez qu’un oracle vous parle quand je vous dis ceci : toutes les fois que cette nation apportera ses connaissances, elle corrompra tout. Ce sera bien pis si elle nous envoie ses médecins : ils ont juré entre eux de tuer tous les barbares à l’aide de la médecine ; ils exercent cette profession, moyennant salaire, pour gagner leur confiance et les perdre facilement. Nous aussi ils nous appellent barbares et nous flétrissent même plus que les autres en nous donnant le sobriquet d’Opiques. {a} Une fois pour toutes, je vous interdis les médecins. »


  1. Osques, peuple de la Campanie, mais aussi gens grossiers, incultes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er décembre 1654. Note 24

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0380&cln=24

(Consulté le 06.02.2023)

Licence Creative Commons