À Charles Spon, le 1er décembre 1654
Note [29]

« tant à cause de sa fièvre qui ne s’éteint pas encore tout à fait, que de la douleur lancinante qu’il éprouve à l’épaule. »

La maladie aiguë (du poumon selon Guy Patin) dont Gassendi souffrait depuis quatre jours, avec accélération du pouls (fièvre) et douleur d’une épaule (ou d’un bras), pourrait correspondre à plusieurs diagnostics modernes : une pleuropneumonie infectieuse, une embolie avec infarctus du poumon, voire un infarctus du myocarde avec œdème pulmonaire (v. supra note [14]). Les abondantes saignées que Patin prescrivit alors à son ami lui ont valu de sévères reproches (v. note [20], lettre 528).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er décembre 1654. Note 29

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0380&cln=29

(Consulté le 07.02.2023)

Licence Creative Commons