À André Falconet, le 9 avril 1660
Note [29]

Le traité de Copenhague, qui mettait fin à la guerre du Nord, ne fut signé que le 5 juin. Ce conflit désastreux avait épuisé le Danemark malgré sa victoire finale. Après la conclusion de la paix, le roi Frédéric iii convoqua les états à Copenhague pour aviser aux moyens de rétablir la prospérité et les finances du pays. La bourgeoisie et le clergé, irrités contre la noblesse, parce qu’elle avait refusé de contribuer aux besoins publics, résolurent de lui enlever les principaux privilèges dont elle avait joui. En conséquence, ils déclarèrent la couronne héréditaire et donnèrent au roi une autorité absolue (1661). Les nobles, après quelques velléités de résistance, se virent contraints de se soumettre aux nouvelles règles : ils furent frappés d’impôts, les domaines qu’ils avaient usurpés leur furent repris et l’état des finances se trouva promptement amélioré. Le secrétaire intime de Frédéric iii, Schumacher, exposa, sous le titre de Lex regia, le système de la monarchie absolue tel qu’il devait être désormais pratiqué au Danemark et ce document fut contresigné par le roi en 1665.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 9 avril 1660. Note 29

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0601&cln=29

(Consulté le 28.09.2022)

Licence Creative Commons