À Charles Spon, le 26 juillet 1658
Note [8]

V. note [29], lettre 477, pour la Maison d’Autriche, « du bien d’autrui riche ».

Le latin qui ouvre la phrase précédente, « En vérité, les lois se taisent au milieu des armes », vient de Cicéron (Pour Milon, iv) :

Silent enim leges inter arma ; nec se exspectari iubent, cum ei qui exspectare velit, ante iniusta pœna luenda sit, quam iusta repetenda.

[Car les lois se taisent au milieu des armes ; elles n’ordonnent pas qu’on les attende, lorsque celui qui les attendrait serait victime d’une violence injuste avant qu’elles pussent lui prêter une juste assistance].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1658. Note 8

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0532&cln=8

(Consulté le 05.02.2023)

Licence Creative Commons